Il serait une fois… Giulia Molteni : parmi les grands éditeurs du Festival

31 mai 2016

Giulia Molteni

Passionnée, engagée, ouverte, à l’écoute, Giulia Molteni s’est entretenue avec nous et est revenue sur l’histoire et les valeurs d’innovation et de création de la maison d’édition de mobilier pour laquelle elle est en charge de l’image. Avec plus de 80 ans d’existence, Molteni est plus que jamais en phase avec l’air du temps, en évolution, à travers le temps et l’espace.

D’Days : Quelles sont vos sources d’inspirations Giulia ?

Giulia Molteni : J’ai le privilège de beaucoup voyager et donc d’être tôt au fait des nouvelles tendances et des nouveaux talents. Et d’ailleurs me déplaçant souvent avec des designers et des architectes je profite de leur regard créatif. Comme avec Vincent Van Duysen, ou avec Patricia Urquiola avec qui j’étais encore récemment au Japon. Cela permet de tisser un lien, une compréhension approfondie de leur vision, de leur sensibilité. C’est inspirant. Bien entendu je fréquente aussi les musées dont la Tate et le MoMa, les foires comme la Frieze Art Fair à New-York mais globalement je suis attentive à l’art sous toutes ses formes. Qu’il s’agisse de peintures ou de philosophie. Mixer le design à l’art contemporain constitue une tendance forte et cela me plait.

DD : L’on cite souvent les relations pionnières entre Molteni et les designers dont Gio Ponti. Ce patrimoine d’innovation est très riche, mais n’est-il pas un peu lourd à porter ?

GM : Nous construisons des relations créatives très riches avec les designers, ces collaborations nous inspirent. Et cela depuis longtemps. C’est mon grand-père qui a initié cette proximité en sollicitant des designers comme Tobia Scarpa. Il s’agit pour moi d’une responsabilité forte vis à vis de ma famille, je dois perpétuer cette tradition tout en la plaçant dans une démarche d’innovation effectivement. Le Musée Molteni raconte bien ces liens étroits avec les personnalités du design et de l’architecture qui en leur temps ont contribué à construire Molteni, l’avant-gardiste Gio Ponti inclus bien entendu. Ou encore Aldo Rossi. Nous sommes fiers de cet héritage, plus qu’un poids c’est un moteur !

DD : Justement Molteni a toujours encouragé un design global…

GM : Oui, il a toujours été question d’aller plus loin que le mobilier. En 1986 mon père a commissionné une villa à l’architecte Tobia Scarpa. C’est dans cette maison exceptionnelle que j’ai grandi, à quelques kilomètres de l’usine familiale de Brianza dans les environs de Milan. Aujourd’hui lorsque nous collaborons avec Jean Nouvel ou depuis cette année avec Vincent Van Duysen, là aussi il s’agit d’établir un domaine d’action large qui peut aller jusqu’à la coordination de l’image de Molteni, donc bien au-delà de la conception d’une cuisine ou d’un canapé.

DD : Molteni est fidèle à D’Days depuis de nombreuses années. Qu’elle place occupe Paris dans la galaxie Molteni ?

GM : Paris occupe une place singulière pour Molteni. En 1979, mon grand-père a été l’un des premiers italiens à y ouvrir un show room, dans le quartier du Louvre. Cette boutique a toujours accueilli de magnifiques évènements, nous y avons souvent montré le travail de designers français, plus abstraits. D’Days ayant proposé un thème très riche cette année, r/evolution, nous avons décider de montrer un travail sur le mouvement, très artistique : Through Space and Time. Constance Guisset & Patricia Urquiola, sur une proposition de Yann Delacour. A découvrir dans quelques jours, rue des Saint Pères.

A voir pendant D’Days : Through Space and Time. Chez Molteni & C Dada Flagship Store

Retrouvez tous les grands éditeurs dans le Festival dans la zone Bac-Saint-Germain : Boffi Bain, Boffi Paris, Calligaris, Cappellini, Hermés atelier petit h, Kartell, Knoll, Le Lab by Legrand, Poltrona Frau, Roche Bobois, Silvera Poliform, Tai Ping, Thierry Deleforge et Galerie éphémère AB&Y.

Partez à leur découverte avec les visites guidées D’Days qui vous mèneront au cœur de l’édition : Made in édition #1, le mercredi 1er juin : / Made in édition #2, le jeudi 2 juin.

Molteni