« Notre envie pour ce projet était de changer les règles du jeu de la Chandeleur » : L’ Atelier Dreieck x Piergil Fourquié 

15 mars 2017

Péri'Fabrique Piergil Fourquie Atelier Dreieck

En ce début d’année 2017, la communauté D’Days a fêté l’Épiphanie. Ce sont les couples artisans d’art / designers de Péri’Fabrique #5 – programme D’Days soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller et le territoire d’Est Ensemble – qui nous ont fait l’honneur de dessiner et de fabriquer fèves et couronnes. Nous avons interrogé les duos afin de revenir sur leur collaboration.


Échange avec Anne-Claire Fessard et Marion Huchet, de l’ Atelier Dreieck, et Piergil Fourquié, designer.

/////

D’DAYS : Pouvez-vous présenter votre atelier/studio en quelques mots ?

Atelier Dreieck : Nous sommes un atelier de reliure qui travaille principalement sur des projets de reliures contemporaines uniques ou en petites séries et de boîtes sur mesure pour des designers, architectes, photographes etc. L’autre facette de notre travail est la restauration de livres anciens. Une période dans l’année est consacrée à la fabrication de notre papeterie que nous vendons en salons, dans quelques boutiques parisiennes, ainsi que sur notre site internet.

Piergil Fourquié : Je suis un designer éclectique enrichi d’une dizaine d’années de collaborations avec les plus grands acteurs du design. Je mets cette expérience au service de sociétés, éditeurs de mobilier, industriels ou galeristes afin de leur offrir un nouveau regard et une réflexion artistique globale, appliquée aussi bien au design produit qu’à l’espace.

D’Days : Quel est votre sujet / matériau de prédilection ?

Atelier Dreieck : Nos matériaux de prédilection sont le papier et la toile. Le papier offre une telle multitude de couleurs, de grains et de textures qu’il est difficile de s’ennuyer. Nous travaillons beaucoup sur des projets qui nécessitent une recherche de matières pour coller parfaitement au concept et au contenu du livre. Le papier peut être luxueux, brut, fragile, doux, chaud, froid… La toile quant à elle apporte une certaine classe, quand elle est composée de soie, mais peut aussi être très neutre lorsque sa trame est épaisse et mat.

Piergil Fourquié : Je travaille tous les matériaux car chaque projet est une rencontre avec un artisan maitrisant parfaitement une technique. Mon outil de prédilection est la modélisation 3D qui me permet après quelques esquisses de donner vie à un dessin.

D’Days : Pouvez-vous nous présenter votre création de fèves et de couronne pour l’événement des Rois et Reines de D’Days ?

Atelier Dreieck et Piergil Fourquié : Notre envie pour ce projet était de changer les règles du jeu de la Chandeleur. La fève s’est donc transformée en origami renfermant une poudre comestible bleue. La reine ou le roi est révélé quand chacun aura tiré la langue.
Pour la couronne, nous voulions garder la traditionnelle couronne en papier, en la remettant au goût du jour. Le papier est bleu très lumineux, rappelant évidemment la fève, et les ajournements coupés à la main reprennent le motif de chevrons que l’on dessine sur la galette avant de la mettre au four.

« J’ai découvert deux créatrices pleines d’idées et d’humour, d’une patience admirable pouvant passer des heures à découper parfaitement au cutter de petits motifs dans du papier…»

D’Days : Parlez-nous de votre projet Oro, pièce co-créée pour le programme Péri’fabrique #5 ? Comment vous est venue l’idée de ce projet ?

Atelier Dreieck et Piergil Fourquié : Le projet « ORO » est avant tout une co-création permettant de lier nos passions et savoir-faire respectifs : la reliure et le mobilier d’art. C’est un banc composé de trois modules conservant en son centre huit reliures aux pages vierges, donnant l’impression d’un serre-livre démesuré. Il a été pensé et dessiné pour les espaces culturels, musée, bibliothèque, théâtre ou galerie. Le nom « ORO » vient de l’idée même du livre d’or, un espace de notes, d’archivage, de création, d’écriture. Le visiteur, l’artiste, l’écrivain, s’assoie directement sur l’une des assises, sort le tome 1, 2, 7 ou 8 et le noircit. L’idée est d’avoir un objet évolutif. L’on peut facilement imaginer pouvoir ajouter un nouveau module central avec 8 nouvelles reliures dès que la première série est terminée. Toutes les matières et le savoir-faire de fabrication du banc se retrouvent dans les reliures : la toile, le papier marbré et le carton, la dorure, et la confection des dos. Avec le temps les assises vont se patiner, les reliures se remplirent car c’est un objet vivant.

La typologie d’objet et l’utilisation du papier vient directement du savoir-faire de l’Atelier. Un brainstorming entre nous mettant en avant les idées et les envies de chacun ont défini un objectif clair : créer un meuble ayant pour sujet la bibliophilie, tout en s’éloignant de la reliure en tant que tel.

D’Days : Anne-Claire et Marion, qu’avez-vous aimé dans le travail de Piergil Fourquié ?

Atelier Dreieck : Nous aimons les formes et les matières de son travail, très rondes et lisses. C’est en fait presque l’opposé de notre style (artisanal, assez géométrique et droit), donc il était très enrichissant de confronter les deux. Pour autant, nous avons retrouvé des nuances de couleurs similaires dans nos deux univers. Nous avons aussi directement été attirées par Piergil pour son travail de designer d’objets et de meubles. Nous n’avions encore jamais eu l’occasion de travailler avec ce corps de métier.

D’Days : Et vous, Piergil Fourquié, qu’avez-vous avez aimé dans le travail d’Anne-Claire Fessard et Marion Huchet ?

Piergil Fourquié : La rencontre avec Anne-Claire et Marion m’a permis de sortir la tête de mon ordinateur et de passer du temps dans leur atelier, à penser en groupe, puis à réaliser manuellement le projet, car j’ai participé à la pose des milliers de pastilles de papier qui recouvre le banc « ORO ». J’ai découvert deux créatrices pleines d’idées et d’humour, d’une patience admirable pouvant passer des heures à découper parfaitement au cutter de petits motifs dans du papier comme pour la couronne que nous avons dessinée, un véritable travail d’orfèvre.

« Cette collaboration a donné naissance à une amitié ce qui est l’apogée des rencontres artisan/designer. »

D’Days : Comment avez-vous travaillé ensemble ? Qu’avez-vous pu retirer chacun de cette collaboration ?

Atelier Dreieck et Piergil Fourquié :Nous avons beaucoup échangé sur les envies de chacun pour que personne ne se sente à part. Nous nous sommes vu plusieurs fois, avons beaucoup discuté au téléphone, créé des boards Pinterest, envoyé des photos de maquettes, des 3D… Dès que le projet fut bien mis en place, nous avons travaillé très naturellement chacun sur nos techniques de prédilection.

Atelier Dreieck : Cette collaboration nous a permis d’observer le travail d’un designer, comment il expérimente, quels sont ses outils. Il est très important de connaître la manière de travailler d’autres corps de métier avec qui nous serions susceptibles d’avoir à faire !
Nous avons découvert une nouvelle manière d’innover, de sortir de nos savoir-faire traditionnels pour les utiliser autrement. Nous avons été ravies de faire ce projet avec Piergil et particulièrement heureuses qu’il prenne de son temps pour nous aider à fabriquer le banc et qu’il nous fasse confiance pour la création des fèves et des couronnes. Le bilan est très positif.

Piergil Fourquié : Cette collaboration a donné naissance à une amitié ce qui est l’apogée des rencontres artisan/designer. Je suis heureux professionnellement de compter dans mes contacts leur savoir-faire sur le papier, qui traverse les âges à l’ère du tout numérique ce qui les rend unique et authentique.

D’Days : Votre actualité pour 2017 ?

Atelier Dreieck : Nous participons aux Journées européennes des métiers d’art en proposant deux workshops « Expérimentation matière », en collaboration avec Émilie Grière, créatrice de luminaires en silicone. L’expérience D’Days nous a motivé à présenter notre travail autrement, de manière plus conceptuelle. Ces workshops seront donc axés sur la recherche créative, pour expliquer au visiteur l’importance du questionnement et de l’expérimentation avant chaque projet.

Piergil Fourquié : Je viens de dessiner une bibliothèque et des serre-livres pour l’éditeur Monolithe édition qui sont exposés AU MEDICIS galerie Marguerite Milin à Paris dans le 6e arrondissement du 8 Février au 11 Mars pour l’exposition Le Pied à Terre. Je signe une scénographie pour Piaget au le salon de la Haute Joaillerie à Dubaï du 14 au 18 Mars. L’éditeur Harto présentera un de mes tapis au Salon international du design de Milan en Avril. J’ai également dessiné le mobilier de La pièce de théâtre « Le temps qui rêve » pour la compagnie « Les moutons noirs » qui se jouera au Festival d’Avignon cet été.

 

 

Atelier Dreieck Piergil Fourquié